Écrit par  2017-07-03

Biodiversité menacée: «Si on ne fait rien, il sera difficile de vivre après 2040»

(0 Votes)

INTERVIEW : Le président du Muséum d'histoire naturelle Gilles Bœuf alerte sur l'autre danger, avec le dérèglement climatique, qui pèse sur l'homme: une nouvelle extinction massive des espèces...

Banc de sardines au large des Philippines. — LETS KAMOGELO/SOLENT NEWS/SIPA

 

La vie sur Terre a une histoire longue et mouvementée. Depuis 600 millions d’années, elle a connu cinq extinctions massives des espèces. Et la sixième n’est pas loin. Gilles Bœuf, président du Muséum d’histoire naturelle, s’intéresse depuis plusieurs années à la question. A la veille de sa conférence «La biodiversité à l’épreuve du climat», qui a lieu mercredi à la Maison des océans, il répond aux questions de 20 Minutes.

 

 

C’est quoi, une disparition massive des espèces ?

 

C’est la disparition des trois quarts des espèces vivantes, sur terre et en mer, sur un temps très court. Un temps géologique très court: au moins 100.000 ans. Or, des travaux récents, qui ont suivi 2.000 espèces de mammifères, d’oiseaux et de poissons sur quarante ans, ont montré qu’on a perdu plus de 50% des individus de ces populations. Donc ce n’est pas tant les espèces qui disparaissent que les stocks d’individus de ces espèces. Et si on continue de voir ces stocks s’épuiser autant, on se dirige bel et bien vers une sixième crise d’extinction.

 

A quel rythme s’y dirige-t-on ?

 

Si on ne change rien, mais je suis optimiste et je me refuse à croire cela, il sera difficile de vivre après les années 2040, où il n’y aurait plus de pêche, plus d’abeilles, un dérèglement climatique.

 

Quelles sont les causes de la sixième crise d’extinction ?

 

Il y a quatre grandes causes: la destruction de la nature et la pollution, la surexploitation des ressources vivantes, la dissémination des espèces (avec les cas célèbres du lapin, de la jacinthe, ou du frelon et du charançon récemment) et le dérèglement climatique.

 

Pourquoi parle-t-on davantage de la menace pesant sur le climat que sur la biodiversité ?

 

Pour l’instant, le dérèglement climatique fait plus peur car les gens le voient. Ils n’imaginent pas que la disparition des espèces peut être aussi impactante. Mais l’humain ne peut se passer de la biodiversité! Dans une région de Chine, les abeilles ont disparu, et sans abeilles il n’y a pas de légumes ou de fruits, du coup c’est l’homme qui les remplace, à grand coût. A l’échelle du monde, une telle situation coûterait 180 milliards d’euros par an. La fin de la pêche, aussi, aurait des conséquences économiques dramatiques. Et je ne parle pas du simple bien-être de l’humanité si elle devait être privée de biodiversité !

 

Il y a déjà eu cinq crises d’extinction. En quoi une sixième serait-elle grave?

 

Au niveau des temps qui nous concernent, l’humain risquerait de partir avec. La Terre, notre planète, elle, s’en fiche. C’est nous, humains, qui allons beaucoup souffrir si nous ne changeons pas.

 

Source : www.20minutes.fr/planete, Publié par Nicolas Bégasse

socialshare

share on facebook share on linkedin share on pinterest share on youtube share on twitter share on tumblr share on soceity6

Faire un don

Ce site à but non lucratif qui fait de la ré information gratuite vous a plu ? …faire un don etc…