Écrit par  2017-07-25

Braconnage: L’armée britannique à la rescousse du Gabon pour la lutte anti-braconnage

(0 Votes)
Le Gabon fait partie d’un lot de pays d’Afrique parmi lesquels le Kenya, la Tanzanie, la RDC ou encore le Rwanda bénéficiant de l’expertise de l’armée britannique dans la lutte anti-braconnage. Alors que le braconnage d’éléphants est présenté comme une source de financement de l’insurrection de Boko Haram, l’armée britannique tente d’enrayer les actions du groupe islamistes dans ce sens.
Plusieurs soldats ont ainsi été envoyés ces cinq dernières années dans plusieurs pays d’Afrique dans l’objectif de former 145 agents de renseignement capables de fournir des informations sur le terrain en ce qui concerne les mouvements de braconniers. «Nous sommes convaincus de toutes les preuves que l’argent recueilli par le braconnage vise à financer le terrorisme. Le réseau et les mouvements de Boko Haram sont connus partout en Afrique maintenant», a soutenu le responsable d’un parc national au Gabon, relayé par express.co.uk. L’armée britannique est ainsi créditée d’un bon travail dans le pays, où 36 000 éléphants ont été tués au cours des 10 dernières années, à en croire le major du deuxième régiment Rifles. «Nous sommes là non seulement pour aider les gardes du parc gabonais à attraper des braconniers. Mais aussi les aider à obtenir des arrestations et des poursuites», a confié Joe Murray. «Les Gabonais sont tellement enthousiastes et braves», a déclaré le major britannique. Selon lui, les autorités gabonaises avaient démarré cette campagne anti-braconnage en optant pour les armes. «Maintenant, avec la bonne tactique, ils peuvent faire leur travail plus en toute sécurité et avec succès», a relevé Joe Murray. Coté gabonais, l’on se réjoui de l’apport de l’armée de la Reine, dont les effets ont été immédiats. «Avant, si un groupe de braconniers arrivait dans mon parc, il y aurait panique. Maintenant, nous avons un plan, nous avons des tactiques et nous savons ce qu’il faut faire pour les attraper», a affirmé un responsable du parc national de Waka, dans la Ngounié. «J’espère que cela signifie que nos éléphants sont en sécurité et que nous pouvons désormais utiliser notre vie sauvage pour stimuler notre économie», a ajouté Simplice Elingou. Au Gabon notamment, les populations d’éléphants de forêt ont chuté de près de 80% en une décennie à cause du braconnage. Dans le parc national de Minkébé, dans le Woleu-Ntem, plus de 25 000 éléphants été abattus pour leur ivoire entre 2004 et 2014. Récemment, le secrétariat britannique des Affaires étrangères a annoncé un plan pour d’interdiction totale de tout commerce d’ivoire. Le Royaume-Uni a déjà doublé son investissement pour arrêter le commerce illégal de la faune à 13 millions de livres sterling.

socialshare

share on facebook share on linkedin share on pinterest share on youtube share on twitter share on tumblr share on soceity6

Faire un don

Ce site à but non lucratif qui fait de la ré information gratuite vous a plu ? …faire un don etc…