La problématique environnementale est de plus en plus présente dans notre vie quotidienne. Une conscience écologique émerge. Aujourd'hui, l'éducation au développement durable figure dans les programmes d'enseignement scolaire. De nouvelles démarches pédagogiques se développent, des outils se créent, des actions sont mises en place...

Historique de l'enseignement de l'environnement à l'école. En 1977, une circulaire marque le début de l'éducation à l'environnement en France. En 2004, elle devient l'éducation à l'environnement et au développement durable (EDD). Depuis 2007, l'EDD figure dans les programmes d'enseignement des écoles, collèges et lycées. Enseignants et personnels d'encadrement sont doivent l'intégrer dans le fonctionnement des établissements.

En quoi consiste l'EDD ? Ce n'est pas une nouvelle discipline, elle intervient :

  • Dans différentes disciplines existantes.

Se réformer pour devenir un véritable réservoir de forces vives et "vertes". L’Ecole nationale des eaux et forêts (ENEF) du Gabon a présenté jeudi 21 juin sa nouvelle stratégie de communication, laquelle vise à redorer le blason de cet établissement considéré comme une référence nationale et sous régionale en matière de formation dans les domaines concernant entre autres, l’environnement, l’aquaculture, l’écologie et la pèche.

La nouvelle stratégie de communication de l’Ecole nationale des eaux et forêts (ENEF) gabonaise sera assurée par l’agence EDCOM dont la mission principale est de créer une nouvelle identité, une nouvelle image, une charte graphique et une nouvelle vision qui cadre davantage avec les ambitions et la stratégie de développement du Gabon émergent.

L’atelier de réflexion et d’échanges sur la réforme institutionnelle et organisationnelle de l’école nationale des Eaux et Forêts (Enef), qui a débuté mardi à Libreville, devrait aboutir à l’élaboration d’une feuille de route pour optimiser le dispositif institutionnel de cet établissement. Cet atelier s’inscrit dans le cadre des journées thématiques organisées par l’Enef du 24 au 28 juillet de ce mois.

C’est le Premier ministre, Raymond Ndong Sima qui a présidé à la cérémonie d’ouverture de l’atelier de réflexion et d’échanges sur la réforme institutionnelle et organisationnelle de l’école nationale des Eaux et Forêts (Enef). Des assises couplées aux journées portes-ouvertes de l’établissement.

Cette concertation multisectorielle regroupe autant les acteurs privés et publics du secteur bois et environnement que des partenaires du développement.

La sous-région Afrique centrale compte trois écoles nationales des eaux et forêts : l'École nationale des eaux et forêts du Cap Estérias (Gabon), qui a une vocation régionale ; l'École nationale des eaux et forêts de Mbalmayo (Cameroun) ; l'École nationale des eaux et forêts de Mossendjo (Congo). Quant à l’ENEF du Gabon, elle a été créée en 1953 comme simple Centre de formation du personnel forestier. L’établissement est ensuite devenu l'École forestière en 1959, puis l'Institut national d’études forestières (INEF) en 1967. Et enfin : l’École nationale des eaux et forêts en 1976.

 

Par Sayouba Traoré (RFI)

 

 

Vue des officiels pendant le lancement du projet CV4C, le 26 avril 2017 à Kinshasa

Visant à renforcer la contribution des acteurs non étatiques dans l’amélioration de la gouvernance forestière, la Voix des citoyens pour le changement (CV4C) a été lancée le 26 avril dernier à Kinshasa. Le projet est financé à hauteur de 6,25 millions d’euros par l’Union européenne (UE).

Nouveau projet sur l’observation indépendante des forêts, la Voix des citoyens pour le changement (CV4C) a été lancé le 26 avril dernier à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC). Etalé sur quatre ans, le projet est financé à hauteur de 6,25 millions de francs d’euros par l’Union européenne (UE).

«Nous sommes ravis d’avoir obtenu un financement de l’UE pour ce projet majeur dans le bassin du Congo, qui aura un impact positif sur la vie des millions de personnes vivant dans les communautés forestières», s’est réjoui le chef du programme du projet CV4C. En effet, a estimé Aurelian Mbzibain :

INFOGRAPHIE - Pour lutter contre le réchauffement climatique, la France accueille du 30 novembre au 11 décembre la 21ème Conférence des parties (COP 21). Voici cinq questions pour en comprendre les enjeux.

Qu'est-ce que la COP21 ?

La COP21, est la 21e «Conférence of the Parties» ou Conférence des Parties. Elle est l'organe majeur de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), adoptée en 1992 à l'issue du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, au Brésil. Cette Convention-cadre a été mise en place afin de comprendre et trouver des solutions au problème du changement climatique. Dans ce cadre, presque tous les pays du monde se réunissent chaque année depuis 1995 pour lutter ensemble contre le réchauffement climatique.

L'édition française est plus médiatisée que les précédentes.Elle se tiendra sur le site de Paris-Le Bourget (93) du 30 novembre au 11 décembre.

En accédant au pouvoir, Ali Bongo Ondimba s’est immédiatement mis au travail pour réaliser sa vision : faire du Gabon un pays émergent.

Le projet de « Gabon émergent » du Président Ali Bongo Ondimba consiste à mettre en œuvre une stratégie dont le ressort est la valorisation du potentiel en ressources humaines, naturelles et minéralières du Gabon. C’est pour cette raison qu’il a opéré des choix stratégiques afin d’axer le développement du pays autour de trois piliers de croissance baptisés « Gabon industriel », « Gabon vert » et « Gabon des services ».

« Depuis mon arrivée au pouvoir en 2009, j’ai établi un programme ambitieux de réformes économiques en vue d’une prospérité future. Il ne nous est désormais plus possible de dépendre uniquement de nos ressources pétrolières et gazières pour dynamiser la croissance économique. Nous devons nous diversifier sur un mode durable. Tel est l’objectif du programme « Gabon Émergent », qui guidera notre développement.

Faire un don

Ce site à but non lucratif qui fait de la ré information gratuite vous a plu ? …faire un don etc…