Écrit par  2016-01-18

Ils ont dit...Ils l'ont fait

(0 Votes)
Le Dr Lee White Arrivé en 1989 à la Lopé au Gabon pour mener à bien sa thèse de doctorat sur les effets de l'histoire de la végétation et l'exploitation forestière sur la forêt tropicale mammifères avec l'Université d'Edimbourg. Il est allé sur un post-doc sur l'histoire de la végétation dans Lope, la mise en place des parcelles botanique de décrire et de surveiller les changements de la végétation dans la région, avant de fonder le programme WCS-Gabon. Il a écrit plusieurs livres sur la conservation de la forêt africains, l'élaboration de programmes de formation pour les étudiants nationaux, et internationaux. Il a jouer un rôle clé dans la création de parcs nationaux du Gabon. Il a dirigé la Wildlife Conservation Society programme au Gabon jusqu'en 2007 et en 2009, il est devenu le chef de l'Agence Parcs nationaux au Gabon (ANPN), responsable d'un réseau de 13 parcs nationaux. Il est également directeur technique du gouvernement gabonais sur le changement climatique Groupe de travail. Il est chercheur honoraire à l'Université de Stirling et est un écologiste de premier plan en Afrique. il est chercheur et conseiller scientifique technique pour un projet géré par la direction générale de l’environnement. Il est largement impliqué dans la préparation scientifique du dossier gabonais sur le changement climatique pour Copenhague. Le projet étudie le rôle de la forêt gabonaise dans le stockage du gaz carbonique (CO2), c’est-à-dire sa place dans la régulation du climat de la planète. En 2002, à l’occasion du Sommet de Johannesburg sur la l’Environnement, le Président de la République gabonaise prenait la décision d’affecter un peu plus de 11% du territoire national à 13 parcs dits nationaux. Cette décision politique résultait des recherches menées en sciences de la nature : botanique et en zoologies. En ce qui concerne l’évaluation de la séquestration du CO2 par la forêt gabonaise, la Dr Lee White précise que dans un précédent projet, ils ont calculé que chaque hectare accumule par an 2 tonnes de CO2. Avec près de 22 millions d’hectares, la forêt gabonaise stocke autour de 45 millions de tonnes de CO2.

socialshare

share on facebook share on linkedin share on pinterest share on youtube share on twitter share on tumblr share on soceity6

Faire un don

We'd love to chat about your project! A Project Consultant will be in touch with you within 24 hours to discuss your project in detail and provide you with a free quote.